•     Afficher l'image d'origine

     

    Exécutée selon la tradition japonaise, la préparation du thé pourrait avoir un impact positif tant sur le plan physique, mental mais aussi émotionnel. En portant davantage attention à nos gestes et aux parfums, ce rituel nous aiderait non seulement à nous détendre mais aussi à nous recentrer sur le moment présent.

      Le thé a une longue histoire derrière lui. Un récit qui puise ses origines dans la province de Yunnan, au sud de la Chine. D'abord consommé sous la forme d'une boisson médicinale (comme antidote contre le poison, par exemple) à partir de 206 avant J-C, le thé n'est devenu une boisson quotidienne que plusieurs années plus tard. Mais il faudra attendre le XVIe siècle, pour que le thé commence à s'exporter dans les pays occidentaux et rentrer dans les moeurs.

    "On boit le thé pour oublier le bruit du monde"

       Cette citation de Lu Yu, premier Maître du thé de l'histoire sous la dynastie Tang (618-907), pourrait à elle seule résumer tout le culte qui tourne autour de cette boisson.

      La cérémonie du thé la plus connue dans le monde est celle du Chanoyu consistant à la préparation d'un thé vert, le matcha. D'antan, les moines faisaient de ce moment un rituel incitant au calme et à la méditation. Selon la tradition, "préparer le thé, c'est se concentrer sur l'attention portée en chacun de ses mouvements. L'ensemble du processus ne résiderait pas dans la dégustation du thé mais dans l'esthétique émanant de la préparation de celui-ci fait avec amour".

      Pour apprendre à se détendre, pourquoi ne pas appliquer ces principes lors de la préparation de notre thé ? Peu importe le moment de la journée, boire du thé à la maison comme au bureau, peut devenir un véritable rituel zen en suivant ces quelques conseils.

      Tout d'abord, choisir le thé que vous allez déguster est très important. Il en existe une grande diversité et pas moins de 6 grandes familles que l'on classe par couleur. En fonction des procédés de fabrication, on distingue le thé vert et le thé noir pour les plus connus, le thé blanc, le thé jaune, le thé rouge, le thé Dragon noir (ou wulong) pour les moins connus. Les ustensiles utilisées peuvent également jouer un rôle important. Boire son thé dans une magnifique théière en fonte ou en porcelaine anglaise sera toujours plus agréable que dans votre gobelet piqué à la cantine !

      Durant l'infusion de celui-ci, plutôt que de checker vos mails ou votre profil Facebook, prenez plutôt le temps d'apprécier les parfums de votre préparation. Préférez un endroit calme pour le boire, ainsi vous n'aurez à vous soucier de personne d'autre que vous-même : dans un coin à la cafét', dans votre chambre ou dans n'importe quel autre espace, du moment que vous pourrez y être au calme.

      Prenez votre tasse, fermez les yeux et prenez une longue et profonde respiration : l'arôme de votre thé qui vient titiller vos narines, la chaleur de la tasse entre vos mains... Attendez en silence, respirez. Une fois que votre breuvage a un peu refroidi, prenez une gorgée, observez les sensations vous envahir, les saveurs de votre nectar. Votre corps tout entier devient chaleur, calme et sérénité. Fermez encore les yeux, inspirez, expirez, buvez et laissez le temps s'arrêter. Tout simplement.


    1 commentaire
  • Résultat de recherche d'images pour "manger un chewing gum"

    Si mâcher trop de chewing-gum n'est pas recommandé, de nombreuses études ont prouvé qu'une mastication modérée pouvait avoir des bienfaits insoupçonnés sur notre santé

     

    1- Il combat l'acidité gastrique

    Vous avez l'estomac fragile et êtes facilement sujette aux remontées acides et brûlantes ? Alors n'hésitez pas à mâcher du chewing-gum. En effet, cela va provoquer une surproduction de salive qui va aider à diminuer l'acidité dans l'estomac. Si vous savez qu'un repas copieux vous attend le week-end prochain, n'hésitez pas à embarquer un paquet de chewing-gums dans votre sac. Les médecins conseillent ainsi de mâcher une boule de gomme, de préférence sans sucre, pendant au moins ½ heure, histoire de bien faire diminuer le taux d'acidité. Attention toutefois, il est recommandé d'éviter de mâchouiller du chewing-gum le ventre vide, cela provoque des ballonnements.

    2- Il permet de réduire le stress

    D'après une étude menée en Arizona, tricoter permet de réduire considérablement l'anxiété. Mais si la laine et les aiguilles ne vous intéressent pas plus que ça, sachez que mâcher du chewing-gum est également un bon moyen de mettre K.O. la fameuse boule au ventre. Les scientifiques estiment ainsi que mâcher du chewing-gum aide à réduire le cortisol, aussi appelée l'hormone du stress. En mâchant, on relâche la tension et la nervosité et on se sent donc plus calme et plus alerte. Il se pourrait même que le chewing-gum soit un bon substitut à des manies liées à la nervosité, comme se ronger les ongles ou agiter ses jambes.

    3- Il nous aide à réguler notre poids

    Le chewing-gum ne rafraîchit pas seulement l'haleine, il permet aussi d'éliminer des calories. Une étude menée par l'Université de Rhode Island indique ainsi que les personnes qui mâchent de la gomme avant leur déjeuner consomment 68 calories de moins que les autres au moment du repas. Qui plus est, elles ont moins tendance à être prises d'une fringale dans l'après-midi et brûleraient 5% de calories en plus que les autres. Et ce n'est pas tout, une autre étude réalisée en Louisiane cette fois-ci, estime que le chewing-gum permet de contrôler son appétit mais aussi d'être moins attiré par les aliments caloriques. Pour cela, il suffirait de mastiquer une boule de gomme pendant 1h, 3h après le déjeuner. Mâchouiller, la technique ultime pour éviter de grossir ? Certains experts sont tout de même circonspects. D'abord parce qu'une étude a démontré que les chewing-gums à la menthe incitent à manger plus sucré et rendent le goût de certains aliments (comme les légumes) moins agréables, ensuite parce que cela ne remplace tout simplement pas une alimentation équilibré et un exercice physique régulier.

    4- Il fait travailler notre cerveau

    Mâcher du chewing-gum ne rend pas plus intelligent mais cela a néanmoins quelques vertus sur notre cerveau. En effet, en mâchant, l'afflux sanguin vers le cerveau accroit de 25 à 40%. Résultat ? Cela augmente également la quantité d'oxygène délivrée au cerveau, qui à son tour augmente l'efficacité de la fonction cérébrale. Grâce au chewing-gum, on améliore certaines fonctions cognitives, comme la concentration, la mémoire, et le temps de réaction. Une étude a ainsi montré que mâcher du chewing-gum durant un exercice demandant des réactions rapides aidait à augmenter ses bons résultats de 10%. Et ce n'est pas tout. Une autre étude explique également que le chewing-gum aide à se concentrer plus longuement sur des tâches qui demandent une attention soutenue. Ne reste plus qu'à penser à mâcher la bouche fermée.

    5- Il remet en marche le système digestif

    Cela peut sembler dingue, et pourtant, la plupart des experts s'accordent à dire que mâcher du chewing-gum permet de remettre en marche le système digestif après une intervention chirurgicale. Vous allez bientôt connaître une césarienne, une opération au niveau du côlon (type colectomie) ou du système urinaire ? Alors pensez à garder un paquet de chewing-gum près de vous pour l'après. En mâchouillant, vous allez restaurer plus rapidement la fonction de votre intestin, réduire les flatulences et accélérer l'émission des selles. Attention néanmoins, le chewing-gum ne permet pas de se rétablir plus rapidement, il donne juste un coup de pouce bienvenu.


    votre commentaire
  • A quoi sert la petite poche du jean ?

    Une poche dans une poche, cela peut paraître un peu mystérieux, mais c’est surtout utile. En 2011,la réponse de la question : “A quoi sert la petite poche intégrée dans la poche des jeans ?” à été trouvée  ici, , , et ). Notre ancien style académicien Marc Beaugé avait, à l'époque, été assez expéditif : “avant, il y a bien longtemps, c’était une poche pour les montres gousset”.

     

    Afficher l'image d'origine  Afficher l'image d'origine

     

     

    Vu sous l’éclairage fourni par ce regain d’actualité - suscité par les questionnements d’un forum américain en 2012 -prévu pour les montres de poche des cowboys du XIXème siècle (oui, “un cowboy avec une montre à gousset” c’est aussi inhabituel qu’un “ministre avec des sabots”), cet attribut était déjà intégré au plus ancien jean (1879) présent dans les archives de Levi’s et a par la suite rempli diverses fonctions alternatives comme poche à ticket, poche à pièces ou encore poches à préservatifs.

    PS: pour ceux qui ont suivi jusqu'ici et en veulent un peu plus, il ne s'agit pas de la cinquième poche du jean, puisque les premiers modèles n'avaient qu'une seule poche à l'arrière.

     


    1 commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires